« J’aurais préféré vivre » de Thierry Cohen

jauraispreferevivrethierrycohenl1.jpg

Quelle déception !!! 

On m’en avait dit que de bonnes choses, que c’était un livre formidable et que vraiment, c’était une leçon de vie ! 

Et bien moi, je me suis ennuyée ! 

Mais alors tellement ennuyée, que je me suis même demandée comment j’avais fait pour le terminer ! On tourne en rond autour d’une histoire qui n’a ni queue, ni tête. 

Bon commençons par le commencement ! 

L’histoire : 

« Le jour de ses 20 ans, Jeremy se suicide. Victoria, son amour d’enfance, celle qu’il considère comme son âme sœur, vient de lui annoncer qu’elle se mariait à un autre.  

Un an plus tard, Jeremy se réveille en compagnie de Victoria. Il ne comprend pas: Est-il au paradis? A-t-il raté son suicide? Victoria confirme cette dernière hypothèse lui apprend qu’ils vivent ensemble depuis plusieurs mois. Jeremy est sans doute victime d’une crise d’amnésie liée à l’anniversaire de sa tentative de suicide. Cependant, il ne se reconnaît pas du tout dans les souvenirs récents que Victoria évoque… Que croire dès lors? » 

Bon parti comme ça, je vous l’admets le livre a l’air extrêmement intéressant et il est vrai que le suicide est rarement traité dans les livres bien que très présent à notre époque. 

Et puis que représente ce réveil, est il comme le phœnix qui renaît de ses cendres ? Est-ce une deuxième chance que lui donne la vie ? 

Bref, intriguée comme j’étais, je me suis lancée et je me suis retrouvée à lire un livre qui ne me passionnait pas du tout ! Le livre est mal écrit, pour ma part, l’auteur a voulu donner une drôle d’âme à ce livre et je trouve qu’il en ressort quelque chose de fade, de pas très net et d’un peu trop lisse. 

Comme je vous le disais plus haut, l’histoire tourne en rond et la seule chose que je voulais savoir, c’était comment cela se terminait. Et là patatras, du rocambolesque qui fait presque sourire… 

Mais ce qui m’étonne c’est que ce livre a obtenu le Grand Prix Jean d’Ormesson en 2007, prix récompensant un roman pour sa capacité à défendre la langue française. Cela ne m’étonne pas dans le sens ou il n’aurait pas du recevoir cette récompense, mais dans le fait que je ne comprends pas du tout ce livre. 

Beaucoup font l’éloge dans livre qui traite du suicide chez les jeunes selon une approche originale, entre l’histoire d’amour et le thriller psychologique. Mais le suicide n’est pas assez mis en avant et c’est plutôt une histoire étrange et mystique qui est ici racontée. 

 

Bref, je vous conseille tout de même de le lire, juste pour vous faire votre opinion. 

 

Quand a moi, je suis actuellement en pleine lecture et je vous en reparle bientôt… 

 

Bonne lecture à vous !!! 

 


Répondre

L'atelier d'écriture |
Chroniques de Vampires par ... |
Philosopher en Terminale |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Souvenirs d'écrivain
| Vivre
| Éditions du tanka francophone